Loading
Make a website

Les Fourmis

1) Genéralités

         

         Comme tout être vivant, une fourmi nait, vit et meurt. La différence qu'elle a face aux autres êtres vivants ? C'est qu'elle n'est pas seule...

Les fourmis sont un million de fois plus petites que nous, mais réunies, leur poids dépasse celui de l’humanité toute entière.

 Il existe une multitude d'espèces différentes de fourmis et toutes ne sont pas encore découvertes. Les fourmis sont des insectes qui vivent et s'organisent en colonies et démontrant une intelligence collective leur permettant de retirer un bénéfice de leur instinct grégaire. 

Mis à part les humains, elles ont le système social le plus complexe de toutes les créatures vivant sur Terre !

 

Une fourmi peut traîner jusqu’à 60 fois son propre poids !

Les fourmis ont des muscles (muscles insérés dans l’exosquelette) qui fonctionnent comme des leviers, c’est ce fonctionnement en levier qui leurs permet de soulever des choses beaucoup plus lourdes qu’elles.

Proportionnellement, les humains sont plus volumineux, mais ils ont moins de muscles et un fonctionnement différent (squelette interne) ce qui leurs permet de soulever des choses lourdes mais pas dans les mêmes proportions que les fourmis.

 Une fourmi est aussi capable de supporter une centrifugation égale à 10 fois la pesanteur sur Terre, ce qui tuerait un homme !

 

Comme les humains avant la technologie moderne, pour se nourrir, les fourmis chassent en groupe. Elles peuvent, ensemble tuer un insecte 10 fois plus imposant qu'elles ! Dans la trilogie des fourmis de Bernard Werber, il est raconté qu'un oiseau voulant faire un bon repas, se posa sur une fourmilière et s'en remplis la panse. Les fourmis passe à l'attaque et entrant dans le corps de l'oiseau par ses organes génitaux. Elles le dévorèrent de l'intérieur et l'oiseau mourrut. Tout cela pour dire que la puissance des fourmis n'est pas négligeable, bien au contraire.

 

 

 

 

 

                                                                  

 

 

 

                       

                           Fourmis s'attaquant à une chenille

 

 

                                                                                                        Fourmis clouant au sol leur proie

 

          Cette insecte mesurant en moyenne 1 cm vaut donc la peine qu'on le compare à l'être humain !

 

 

 

Fourmis Azteca andrea technique chasse
Chenille 002

II Anatomie & Morphologie

 

    Comme l'anatomie et la morphologie de la fourmi n'ont aucunes ressemblances avec celle de l'homme, nous

étudierons juste l'essentiel. Après tout, il est tout de même intéressant de connaitre cette espèce remarquable !

 

            1-Morphologie

  

Les antennes sont le siège de l’odorat, du goût et du toucher. Coudées et mobiles, elles permettent une riche

communication entre fourmis.

 

Les Mandibules servent à s’alimenter, transporter la nourriture ou déplacer les larves.

 

L’Abdomen abrite les systèmes digestif, respiratoire et circulatoire ainsi que les organes génitaux.
Chez la reine, une spermathèque stocke assez de sperme pour pondre toute sa vie.

 

Les Pattes : Comme tous les insectes, la fourmi possède 3 paires de pattes. Elles sont longues et articulées et

se terminent par deux griffes. Entre les griffes terminales se trouve une sorte de coussinet minuscule couvert de

poils. Il sécrète un liquide adhésif permettant de se déplacer sur des surfaces lisses ou très pentues.

  

L’Aiguillon sert à injecter le venin à ses proies.

  

L’exosquelette est aussi appelé tégument. En recouvrant tout le corps, il assure la rigidité du corps et protège les

organes.

  

L'oeil composé ou dénommé aussi photorécepteur ne possède qu'un seul appareil dioptrique. Cette assemblage d'une centaine de facettes appelées ommatidies permet à la fourmis d'avoir un champs de vision de 180°. Certaines fourmis voient en noir et blanc, d'autre en couleurs, cela varient selon la recomposition de l'image par le cerveau.

 

 

           2-Anatomie

 

 

 

Le Système Nerveux est l’équivalent de notre moelle épinière. Comme chez tous les invertébrés, et contrairement à nous,
il est en position ventrale.

 

Le Cerveau. C'est là qu’arrivent les nerfs en provenance quasi exclusive des yeux et des antennes. Il compte environ 500 000 neurones, contre 100 milliards chez l’homme.

 

Le Coeur se présente sous la forme d’un long cylindre placé le long du corps. Les fourmis n’ont pas réellement du sang, mais de l’hémolymphe, un liquide constitué essentiellement de globules blanc. Le système circulatoire est ouvert, les organes baignent dans l’hémolymphe qui circule librement dans le corps.

 

 

Le Système Respiratoire est formé d’un réseau de tubes, les trachées, qui débouchent sur l’extérieur par des ouvertures nommées stigmates.

 

Le Jabot : Cette partie de l’estomac stocke la nourriture prédigérée. Elle sera redistribuée aux autres ouvrières, aux larves et à la reine par trophallaxie.

 

Les Tubes de Malpighi sont des sortes de reins primitifs, ils débarrassent la fourmi des déchets contenus dans le sang.

 

L’Intestin est le siège de la digestion, les aliments y sont absorbés.

 

L’œsophage permet uniquement le passage d’aliments liquides, ce qui n’empêche pas de broyer de la viande ou du pain.

 

 LES GLANDES :

 

La Glande Métapleurale :
Elle produit et sécrète des antiseptiques et des antibiotiques sur l’exosquelette
pour éviter la prolifération de bactéries et de champignons.

 

La Glande Prépharyngienne :
Comme la labiale, elle produit des enzymes digestives.

 

Le Glande Labiale :
Comme la prépharyngienne, elle produit des enzymes digestives.

 

Le Glande Postphryngienne :
Fabrique et stocke les graisses destinées à l’alimentation des larves.

 

Les Glandes Mandibulaires :
Elles produisent des phéromones d’alarme.

 

La Glande Tergale :
Ses composés attirent les partenaires lors de la reproduction, donc uniquement chez les reines et les mâles.

 

La Glande Pygidiale :
Elle produit des phéromones de fuite, d’avertissement, des phéromones sexuelles ainsi que des allomones, odeurs destinées à faire fuir les fourmis étrangères.

 

La Glande à Poison:
Produit de l’acide formique qui brûle les chairs ou du venin destiné à tuer les proies et faire fuire les agresseurs.

 

La Glande de Dufour :
Produit les phéromones de pistes qui conduisent généralement à la nourriture. L’activité du composé est d’une centaine de secondes.

Untitled
Glandes

3) Exemples de rapprochements Hommes/fourmis

Des problemes dans la société communs aux fourmis et aux hommes:


    On peut croire, que certaines choses n'appartiennent qu'aux humains, mais les fourmis on parfois le meme fonctionnement que nous. Ainsi, on peut trouver par exemple de la drogue chez les fourmis.

Les "droguées" sont des fourmis ayant goûté au miellat d’un coléoptère nommé lomechuse. Elles s’introduisent dans la cité sans que quiconque les arrête, car aucune fourmi ne résiste à leur miellat. Dès qu’une fourmi a humé son parfum, elle accourt pour absorber le poison. La queue des lomechuses ressemble précisément à des gueules de fourmis et lorsqu’elles tètent, elles doivent avoir l’impression de discuter avec une congénère. Dès que la fourmi a goûté à ce nectar, elle ne pense qu’à une chose: continuer. Cette drogue a des effets hautement addictifs et euphorisants. La fourmi ne porte plus d'intéret ni a elle, ni a son "peuple".
Pour avoir de la drogue, elle est prête à laisser la lomechuse manger les habitants les plus précieux: les couvains et la reine. Elle est même prête à se laisser dévorer. Il y a par exemple des cas où la tête de la fourmi continuait de sucer la lomechuse pendant que celle-ci lui dévorait l’abdomen.

Cependant, lorsque la lomechuse s'est bien gavée d’oeufs, de reine et d’ouvrières; elle s’en va en laissant les fourmis dépendantes. Les fourmis partent alors seules dans la nature à la recherche de leur "fournisseur", de leur "dealer" comme on dirait chez les humain . Si elles ne la trouvent pas, elles restent de longues heures suspendues aux extrémités des herbes.
Et ce jusqu’à la mort.


Une fourmillière semblable a un cerveau humain?


    On peut trouver  trouver dans le comportement des fourmis une ressemblance avec le fonctionnement du cerveau humain, une sorte de modélisation des connexions de nos neurones.
Ainsi, les communications entre fourmis se font par le biais des phéromones et de leurs antennes là où, dans notre cerveau elles se font par les synapses ( qui rapellent des antennes) et des échanges plus ou moins ioniques.
La fourmi, comme le neurone, n'est pas intelligente; on peut en dire tout autrement de la fourmilière et du cerveau, qui ont une construction intelligente et constructive.
Les actes d'intelligence ( au sens ou un rapport est établi entre des évènements à priori indépendants) sont le fruit, dans le cas d'une fourmilière, de chemin maintes fois tracés et ainsi mémorisés.
On peut en dire tout autant des associations de pensées, fruits dans notre cerveau de chemin de connexion privilégiés et répétés.
Dans cette optique, un électrochoc pourrait s'apparenter à l'effacement de chemins de connexions.
On pourrait tout aussi bien comprendre pourquoi il n'existe pas de centre véritablement spécifiques ( centre de la vision, de l'odorat....).
Toujours dans la même optique on pourrait concevoir une intelligence artificielle, évolutive, basée sur des parcours de pensée et d'actes répétés.
La relation sera ainsi d'autant plus évidente, rapide, forte et privilégiée qu'elle aura été établie un plus grand nombre de fois. Merci les fourmis !